Numărul 18 / 2006

Mosaic of Images of Europe and its Imaginary “Center of Gravity”: results from the cross-national research program EuroSKYcompass

Vineri, 19 Decembrie 2008

de Rosa, A.S., Bordini, I., d’Ambrosio, M. , Urgeghe, M.

The interrelated dimensions of social, national and supra-national identity are closely connected to the consciousness of a social belonging, to the memory associated with this sense of belonging, and to the social representations of the groups and the physical and socio-political context in which they are and where they “inter-act”. Because these dimensions influence expectations for the future and intervene in the construction of the social reality both in the group and in the context, they are also closely connected to their transformations.
This paper describes how the identity projections of subjects, anchored in a proximal/distal way to their own country and/or to the EU, and the geo-political tendencies of subjects, obtained by the polarity index in relation to North, South, East, West, organise the representations of Europe’s territory into clusters and mosaic pieces of images of Europe. It discusses in a cross-cultural perspective some of the results we obtained from data collected on a sample of 2251 university students from 10 different cultural backgrounds, using some of the instruments employed in the questionnaire created for the EuroSkyCompass research program (de Rosa, 2002-2003). These included also an attitude scale towards European countries, the response to a semi-structured question about countries that are considered close to becoming EU members and the EuroSkyCompass (de Rosa, D’Ambrosio, 2005a, 2005b) and the representational system in which the EU is inserted (Nation, Europe, World) (de Rosa, A. S., d’Ambrosio, M. & Bocci, E. 2005).
The EuroSkyCompass is a projective tool of a graphical and associative nature, inspired by the Multi-dimensional Identity Model (de Rosa, 1996). It is designed to survey identity projections (the subjects “Self”) in dynamic relation to their own country, the EU, and their favourite country in a graphic space characterized by the geo-political representations evoked by the stimuli North, South, East and West.
Several different kinds of analyses were carried out on the data collected. These included descriptive statistics, bi-varied and multi-varied statistics .
In addition in this paper we present some of the results obtained from a descriptive analysis of data collected by means of the Silent Map of Europe, another projective instrument of a graphic nature, which was integrated into the questionnaire used for the EuroSkyCompass research programme (de Rosa, 2002-2003).
This analysis is based on the frequency distribution of European countries in each one of the areas delimitated by the intersection of the ideal North-South and East-West axes as drawn by the subjects, and on the identification of prototypic categories and recurring spatial configurations of clusters in European countries.
In analysing this data, we were able to make some observations on the geographical maps that depict cultural artefacts that are tied to social representations that are shared by certain subjects due to their specific social and geographic positions and which are anchored to their country of origin.
Inspired by the current debate around the issue of the process of enlargement, this paper discusses the SRs of young people of different nationalities and cultural backgrounds as expressed in representational depictions of Europe and its geographic-cultural regions within the geographic parameters North, South, East, and West. It also describes the Countries identified as Europe’s “center of gravity”, revealing attitudes expressed about European countries and the subjects’ dynamic identification with their own country, the EU and their favourite country.
The results of this study confirmed the relativity of geographical parameters and the prevalence of cultural and identity criteria at work in dividing Europe’s territory into clusters and mosaic pieces of images of Europe based on the geopolitical representations anchored to North, South, East and West.

Résumé

Les dimensions réciproques d’une identité sociale, nationale et supranationale sont étroitement liées à la conscience d’une appartenance sociale, à la mémoire associée à ce sentiment d’appartenance, et aux représentations sociales des groupes ainsi qu’au contexte physique et sociopolitique dans lequel elles se trouvent et où elles « interagissent ». Parce que ces dimensions influencent les attentes pour l’avenir et interviennent dans la construction de la réalité sociale à la fois dans le groupe et dans le contexte, elles sont aussi étroitement liées à leurs transformations.
Cet article décrit la façon dont les projections identitaires des sujets traités, ancrés dans un rapport de proximité/de distance envers leur propre pays et/ou envers l’UE, et les tendances géopolitiques des sujets, obtenus par l’indice de polarité par rapport au Nord, Sud, Est et Ouest, organisent les représentations du territoire européen en clusters et mosaïques d’Images de l’Europe. Cet article traite, dans une dimension interculturelle, certains des résultats que nous avons obtenus en interrogeant un échantillon de 2251 étudiants universitaires provenant de 10 milieux culturels et nationalités différentes, utilisant des instruments employés dans le questionnaire crée pour le programme de recherche EuroSKYCompass (de Rosa, 2002-2003). Ceci inclut également une échelle de positions envers les pays européens, la réponse à une question « semi-structurée » à propos des pays étant proches de l’entrée dans l’UE, EuroSKYCompass (de Rosa, d’Ambrosio, 2005a, 2005b) et le système de représentations au sein duquel se trouve l’UE (Nations, Europe, Monde) (de Rosa, A.S., d’Ambrosio, M. & Bocci, E., 2005).
EuroSKYCompass est un outil projectif de nature graphique et associative, inspiré par le modèle d’Identité Multidimensionnel (de Rosa, 1996). Il est conçu pour analyser les projections identitaires (le sujet « en soi ») en relation dynamique avec leur propre pays, l’UE et leur pays préféré dans un espace graphique caractérisé par les représentations géopolitiques évoqués par les stimuli Nord, Sud, Est et Ouest.
Des méthodes d’analyses nombreuses et variées ont été menées sur les données recueillies. Ces analyses incluaient la mise en place de statistiques descriptives, bivariées et multivariées.
De plus, dans cet article, nous présentons certains des résultats obtenus à partir d’une analyse descriptive des données recueillies à travers la Carte Silencieuse de l’Europe, autre outil projectif de nature graphique, qui fut intégré au questionnaire utilisé pour le programme de recherche EuroSKYCompass (de Rosa, 2002-2003).
Une telle analyse est fondée sur la fréquence de distribution des pays européens dans chacune des zones délimitées par l’intersection de l’idéal des axes Nord-Sud et Est-Ouest tels qu’ils ont été dessinés par les sujets et sur l’identification de catégories prototypes et les configurations spatiales récurrentes des groupes dans les pays européens.
En analysant ces données, nous avons pu faire quelques observations sur les cartes géographiques qui représentent les artefacts culturels liés aux représentations sociales partagées par certains sujets, de par leur positions sociales et géographiques spécifiques et qui sont liées à leur pays d’origine.
Inspiré par le débat actuel autour de la question du processus d’élargissement, cet article aborde les représentations sociales des jeunes de formations culturelles et nationalités différentes, comme il l’est décrit dans les configurations représentationnelles de l’Europe et ses régions géographiques et culturelles en tenant compte des paramètres géographiques Nord, Sud, Est et Ouest. Il décrit également les pays identifiés comme étant les « Centres de gravité » de l’Europe, révélant ainsi des opinions exprimées à l’encontre de pays européens et l’identification dynamique des sujets avec leur propre pays, l’UE et leur pays préféré.
Les résultats de cette étude ont confirmé la relativité des paramètres géographiques et la prévalence des critères culturels et identitaires au travail, en divisant le territoire européen en de nombreux clusters et mosaïques d’Images de l’Europe fondées sur les représentations géopolitiques liées au Nord, Sud, Est et Ouest.